Collecter, interpréter, enseigner l’écriture. Analyses linguistiques des écrits d’élèves
Appel à contribution pour de numéro 57 de Repères

Date limite: 01 octobre 2017


 

Coordination :

 

Jacques David (univ. Cergy-Pontoise, ESPE de Versailles) et Claire Doquet (univ. Sorbonne Nouvelle).

 

La didactique de l’écriture a profondément évolué ces trente dernières années, en particulier du fait des apports de la psychologie cognitive, de nouvelles perspectives en linguistique descriptive et de recherches didactiques sur la production d’écrits à l’école et au collège. Ainsi, la diffusion de plusieurs modèles psycholinguistiques de la production écrite (Hayes & Flower 1980 ; Bereiter & Scardamalia 1987), et leur opérationnalisation dans le cadre scolaire ont permis de cerner certaines contraintes de l’activité scripturale (charge cognitive, mémoire de travail...) et de formuler des solutions de régulation voire d’apprentissage, y compris dans une dimension critique (Garcia-Debanc 1986 ; Chanquoy & Alamargot 2002).

 

Les paradigmes linguistiques ont également renouvelé l’analyse des productions écrites et plus spécifiquement textuelles des élèves (Adam 1999, 2011 ; Bronckart et al. 1985 ; Bronckart 2005), au moins dans deux directions complémentaires : i) les problèmes de (dis)continuité thématique et de cohésion textuelle et générique (Reichler-Béguelin et al. 1988) ; ii) les procédures de cohérence énonciative, dans le rapport au référent et au contexte de l’écriture (Combettes 1978 ; Charolles 1978, 1995). Des perspectives qui prennent déjà tout leur sens dans les Dernières Leçons qu’Émile Benveniste a prononcées au Collège de France (Benveniste 2012, Coquet & Fenoglio eds), leçons qui nous engagent dans une réflexion fondamentale sur l’acte d’écrire et les liens entre langue et écriture.

 

De même, le travail essentiel réalisé par l’INRP autour de l’évaluation des écrits des élèves (Mas et al. 1991 ; Groupe EVA 1991) puis de la révision des textes (Turco et al. 1994 ; Groupe EVA 1996) a déplacé le regard de l’étude des normes orthographiques et morphosyntaxiques à un ensemble de composantes et de paramètres liés aux aspects sémantiques, pragmatiques et discursifs des textes. Dans ce sillage, tout un ensemble de travaux s’est interrogé sur ces dimensions plus spécifiques de textualité, mais aussi le lien entre les pratiques scolaires et extrascolaires de l’écriture (Penloup 1999 ; Reuter & Penloup 2001), ou les rapports entre écriture informatique et écriture manuscrite (Plane 2003, 2006), ou encore sur les frontières de ces écritures scolaires et les pratiques personnelles, en posant, avec les écrits intermédiaires, la nécessité d’aménager à l’école des espaces-temps d’écriture personnelle et réflexive (Chabanne & Bucheton 2000).

 

Un des paramètres communs à l’ensemble de ces recherches est l’ouverture à de nouvelles dimensions pour l’analyse des écrits, dans une dynamique de la scription qui dépasse la seule mise en mots (ou en phrases) pour décrire les phénomènes de mise en texte. C’est ainsi l’ensemble des niveaux linguistiques qui ont pu être travaillés, sur des composantes telles que l’orthographe (Jaffré & David 1999 ; Brissaud & Cogis 2011), la morphosyntaxe (Cappeau 2014) ou le lexique (Grossmann & Plane 2008 ; Garcia-Debanc 2013), et au-delà sur des unités plus largement textuelles (ou discursives), avec le souci de comprendre les relations entre production de formes et production de sens, et d’examiner l’ensemble du processus d’écriture, et pas seulement son résultat (Fabre 1990, 2000 ; Lamothe-Boré 1998 ; Doquet 2011 ; Plane, Olive & Alamargot, dir., 2010). Il conviendrait ainsi de montrer comment les scripteurs novices parviennent faire fonctionner dans des dimensions multiples le système de la langue à travers les mouvements de leur écriture.

 

Ce numéro de Repères souhaite faire le point sur l’avancée des travaux linguistiques sur les écrits d’élèves, dans quatre directions principales :

 

1.     Quels liens peuvent être établis entre les procédures linguistiques, scripturales et plus largement rédactionnelles adoptées par les élèves ? Quels sont aujourd’hui les indicateurs accessibles à l’enseignement des processus et sous-processus de la production textuelle (planification, textualisation, révision) ? Quelles composantes linguistiques et scripturales sont accessibles à tel ou tel âge ou niveau scolaire ? Quels sont les supports, dispositifs, outils didactiques qui permettent aux enseignants de les évaluer dans les textes des élèves et de les travailler en classe ?

 

2.     Que nous apprennent les grands corpus d’écrits scolaires, construits ou en construction, du développement des compétences et habiletés scripturales ? Que révèlent les traces d’écriture et de réécriture présentes dans les avant-textes et les brouillons des élèves-scripteurs ? Comment exploiter ces corpus, en tant qu’enseignant et chercheur ? Quelles questions de formation ces données sur le processus d’écriture permettent-elles de travailler ? Quel intérêt pour les étudiants et futurs enseignants de construire de tels corpus, dont l’examen est central dans leur formation ?

 

3.    Comment décrire la qualité des interactions d’apprentissage dans l’espace-temps de la production écrite ? Quels savoirs linguistiques implicitement construits ou explicitement enseignés sont mobilisés ou mobilisables ? Comment les variables contextuelles de l’écriture sont-elles (ou devraient-elles être) prises en compte dans la conduite de séquences d’apprentissage ? Quels liens entre analyse linguistique et analyse didactique des écrits scolaires ? Peut-on différencier ces deux analyses et en quoi chacune est-elle spécifique ?

 

4.     Quels liens sont possibles avec les pratiques extrascolaires et scolaires, surtout aujourd’hui avec la multiplicité des échanges communautaires et de l’expression personnelle, notamment sur les réseaux sociaux ? Que sait-on aujourd’hui des différences et des liens entre écriture manuscrite et écriture informatique ? Quels formes ou formats, types ou genres textuels circulent ainsi via l’ordinateur, la tablette ou le téléphone portable ? Quelles investigations linguistiques sont à adapter ou à inventer pour l’analyse de ces nouvelles pratiques d’écriture ?

 

Références bibliographiques :

 

Adam, J.-M. (1999) Linguistique textuelle : des genres de discours aux textes. Paris : Nathan.

 

Adam, J.-M. (2011) Genres de récits. Narrativité et généricité des textes. Louvain-la-Neuve : Academia.

 

Benveniste, É. (2012). Dernières leçons. Collège de France 1968 et 1969 (édition établie par J.-C. Coquet & I. Fenoglio). Paris : EHESS, Gallimard & Seuil.

 

Bereiter, C. & Scardamalia, M. (1987). The Psychology of written composition. Hillsdale : Lawrence Erlbaum Associates.

 

Brissaud, C. & Cogis, D. (dir.) (2011). Comment enseigner l’orthographe aujourd’hui ? Paris : Hatier.

 

Bronckart, J.-P. (2005). Vingt-cinq ans de didactique de l'expression écrite. Éléments de bilan et perspectives d'avenir. Revue suisse des sciences de l'éducation, 27, 361-380.

 

Bronckart, J.-P., Bain, D., Schneuwly, B., Davaud, C. & Pasquier, A. (1985). Le Fonctionnement des discours. Un modèle psychologique et une méthode d’analyse, Neuchâtel-Paris, Delachaux & Niestlé.

 

Bronckart, J.-P. (2005). Vingt-cinq ans de didactique de l'expression écrite. Éléments de bilan et perspectives d'avenir. Revue suisse des sciences de l'éducation, 27, 361-380.

 

Cappeau, P. (2014). Quelques propriétés des sujets lexicaux. Remarques et analyse des récits d’élèves (dans leur version initiale). In E. Auriac-Slusarczyk & C. Gunnarson-Largy (dir.), Écriture et réécritures chez les élèves. Un seul corpus, divers genres discursifs et méthodologies d’analyse (pp. 41-60). Louvain-la-Neuve : Academia.

 

Chabanne, J.-C. & Bucheton, D. (dir.) (2002). Parler et écrire pour penser, apprendre et se construire. L’écrit et l’oral réflexifs. Paris : Presses universitaires de France, coll. « Éducation et formation ».

 

Chanquoy, L. & Alamargot, D. (2002). Mémoire de travail et rédaction de textes : évolution des modèles et bilan des premiers travaux. L’Année psychologique, 102-2, 363-398.

 

Charolles, M. (1978). Introduction aux problèmes de la cohérence des textes. Langue française, 38, 7-42.

 

Charolles, M. (1995). Cohésion, cohérence et pertinence du discours. Travaux de Linguistique, 29, 125-151.

 

Combettes, B. (1978). Thématisation et progression thématique dans les récits d’enfants. Langue française, 38, 74-86.

 

Doquet, C. (2011). L’Écriture débutante. Pratiques scripturales à l’école élémentaire. Rennes : Presses universitaires de Rennes, coll. « Paideia ».

 

EVA Groupe (1991). Évaluer les écrits à l’école primaire. Paris : I.N.R.P. & Hachette

 

EVA Groupe (1996). De l’évaluation à la réécriture. Paris : I.N.R.P. & Hachette.

 

Fabre C. (1990). Les Brouillons d’écoliers ou l’entrée dans l’écriture. Grenoble : Ceditel - L’Atelier du Texte.

 

Fabre, C. (dir.) (2000). Réécrire à l’école et au collège. De l’analyse des brouillons à l’écriture accompagnée. Paris : E.S.F.

 

Garcia-Debanc, C. (1986). Intérêts des modèles du processus rédactionnel pour une pédagogie de l’écriture. Pratiques, 49, 23-49.

 

Garcia-Debanc, C. (2013). Les aides lexicales à la rédaction de textes : panorama historique et essai de typologie. Dans C. Garcia-Debanc, C. Masseron & C. Ronveaux (dir.), Enseigner le lexique (pp. 273-300). Namur : Presses universitaires de Namur, CEDOCEF & AIRDF, coll. « Recherches en didactique du français ».

 

Garcia-Debanc, C., Duvignau, K., Dutrait, C. & Gangneux, M. (2009). Enseignement du lexique et production écrite. Un travail sur les verbes de déplacement à la fin de l’école Primaires. Pratiques, 141-142.

 

Grossmann, F. & Plane, S. (dir.) (2008). Lexique et production verbale. Vers une meilleure intégration des apprentissages lexicaux. Lille : Presses universitaires du Septentrion.

 

Groupe EVA. (1991). Évaluer les écrits à l'école primaire. Hachette & INRP.

 

Groupe EVA. (1996). De l’évaluation à la réécriture. Hachette & INRP.

 

Hayes, J.R. & Flower, L. (1980). Identifying the organization of writing process. In L.W. Gregg & E.R. Steinberg (dir.), Cognitive processes writing (pp. 3-30). Hillsdale (N.J.) : L. Erlbaum Associates Publishers.

 

Jaffré J.-P. et David J. (1999), Le nombre : essai d’analyse génétique. Langue française, 124, 7-22.

 

Lamothe-Boré, C. (1998) Choix énonciatifs dans la mise en mots de la fiction : le cas des brouillons scolaires. Thèse de doctorat de Sciences du Langage. Université Stendhal-Grenoble 3.

 

Mas, M., Garcia-Debanc, C., Romian, H., Séguy, A., Tauveron, C. & Turco, G. (1991). Comment les maitres évaluent-ils les écrits de leurs élèves en classe. Paris : INRP.

 

Penloup, M.-C. (1999). L’Écriture extrascolaire des collégiens. Des constats aux perspectives didactiques. Paris : E.S.F.

 

Plane, S. (2006). Support d’écriture, médium d’écriture et écriture littéraire : des pratiques expertes aux pratiques scolaires. Le français aujourd’hui, 154, 33-40.

 

Plane, S. (dir.) (2003). « L’écriture et son apprentissage à l’école primaire », Repères, 26-27. Paris : INRP.

 

Plane, S., Olive, T. & Alamargot, D. (dir.) (2010). « Traitement des contraintes de la production d’écrit : Aspects linguistiques et psycholinguistiques ». Langages, 177. Paris : Larousse.

 

Reichler-Béguelin, M.-J., Denervaud, M. & Jespersen, J. (1988). Écrire en français : cohésion textuelle et apprentissage de l’expression écrite. Neuchâtel : Delachaux & Niestlé.

 

Reuter, Y. & Penloup, M.-C. (dir.) (2001). « Les Pratiques extrascolaires de lecture et d’écriture des élèves », Repères, 23. Paris : INRP.

 

Turco, G., Plane, S., Mas, M. (1994). Construire des compétences en révision/réécriture au cycle 3 de l’école primaire. Repères, 10, 67-81.

 

Calendrier :

 

Les propositions sont attendues pour le 1er octobre 2017 et doivent être envoyées aux deux coordinateurs du numéro :

 

Jacques David : jak.david@orange.fr

 

Claire Doquet : doquet.claire@orange.fr

 

Indiquer pour chaque proposition le nom et le rattachement institutionnel du ou des auteur.e.s.

 

Echéancier du numéro :

 

-        Envoi des propositions d’article pour le 1er octobre 2017. Retour des avis le 15 octobre.

 

-        Envoi de la 1ère version des articles pour le 15 décembre 2017. Retour des évaluations le 15 février.

 

-        Envoi de la version définitive des articles pour le 1er avril 2018.

 

-        Parution du numéro : juin 2018.

 

Dernier numéro

S'abonner

Annoncer sur Framonde

Vous pouvez l’alimenter en adressant vos annonces sous fichier joint dans le cadre de ces rubriques à : francais-langues@auf.org

Les annonces doivent être rédigées sous format word, odt ou rtf (caractères Times New Roman ou Arial).

Archives de publication

Copyright AUF - Contact